Soi, fantasme et mythe

par Aimé Agnel  Du même auteur

En interprétant les rêves de fin d’analyse d’une de ses patientes, Jung parvient à différencier les fantasmes subjectifs exprimant des désirs infantiles des archétypes impersonnels orientés vers un but. En opposant de même le fantasme du roman familial au mythe de la double naissance, l’auteur décrit deux processus psychiques : l’un, qui conduit le moi ­ comme dans le cas de la patiente de Jung ­ à s’ouvrir aux exigences du soi inconscient, l’autre, caractéristique des états borderline, qui tend à mettre en relation les valeurs « hautes » du soi ­ qui ont fixé le sujet dans une position défensive d’enfant divin ­ avec le monde profane, les ombres et les limites du moi-corps.


Mots-clés