Psyché et matière dans l’alchimie et la science moderne

par Marie-Louise Von Franz  Du même auteur

Tout d’abord projetée, la psyché résidait dans la matière animée de l’univers aux multiples composantes : les dieux. Pour les alchimistes, les substances sont aussi des dieux et l’Œuvre une sorte d’imagination active. Le développement du christianisme n’ayant accordé de place, ni à la matière, ni à l’élément féminin, un concrétisme matérialiste se développa. Restaient le déterminisme et le moi conscient. Mais Jung redécouvre la psyché objective, conférant un aspect nouveau au problème du rapport psyché-matière, et, par ailleurs dans les années 1970, les physiciens n’ignorent plus les données du psychisme de l’observateur.


Mots-clés