Point de vue divers sur les origines du complexe-mère

par Geneviève Guy-Gillet  Du même auteur

Le complexe-mère se forme à travers des expériences de plénitude et des expériences de manque qui débutent avec la vie de l’enfant. Le complexe-moi y structure ses fondements. Dans cet article l’auteur examine les traces précoces que le complexe-mère laisse dans le corps comme dans les comportements et les vécus relationnels, ainsi que les recours dont dispose un individu pour pallier aux défauts de sa structuration. Une étude des complexes familiaux, vus par Lacan, et la conception jungienne des complexes sert de base de discussion autour de la fonction du manque et de la dynamique des opposés.


Mots-clés