Perversion féminine : scènes et stratégies dans l’analyse et dans la culture

par Anne Springer  Du même auteur

Après avoir évoqué les différences entre Freud et Jung à propos de la perversion, l’auteur part de l’hypothèse que cette dernière peut être souvent comprise comme une défense du soi, une façon défensive de réaliser une fausse totalité, une pseudo-androgynie. Dans l’étude de cas qu’elle présente, l’auteur analyse les composantes et la dynamique d’un transfert pervers. Elle relève le rôle important joué par une mère ayant sexuellement stimulé sa fille pendant l’enfance. Enfin, elle s’interroge sur la façon dont notre culture masque éventuellement sa peur devant la diversité des modes de construction de l’identité derrière une conception trop tranchée de la séparation des sexes.


Mots-clés