Ombre noire – Ombre blanche

par Martine Drahon-Gallard  Du même auteur

À côté de l’ombre (noire) communément admise dans la perspective jungienne, l’auteur postule l’existence d’une autre forme d’ombre, dite ombre blanche, celle issue d’un secret, d’un non-dit familial qui tombe en cascade de génération en génération, et que l’enfant reçoit directement dans son inconscient, se trouvant ainsi obligé de vivre une histoire qui n’est pas la sienne. Par ailleurs, on constate le rôle de certains événements historiques qui ont pu tout à la fois renforcer et occulter l’histoire individuelle, invitant à un travail personnel de distinction et d’intégration de cette ombre collective. La période de la guerre et de l’après-guerre en est un exemple.


Mots-clés