L’ombre : pulsion et représentation

par Suzanne Dolord-Kacirek  Du même auteur

Un travail analytique avec l’ombre, s’il sait éviter le clivage, peut ouvrir sur le soi et sur une densité plus juste du sentiment humain. Les représentations archétypiques et pulsionnelles ne fonctionnent pas sur le même mode et n’impliquent pas le même travail psychique. C’est pourquoi une activation de l’ombre peut parfois, chez des personnes souffrant d’une forte blessure narcissique, se traduire à un niveau archétypique sans qu’il y ait véritablement mise en ombre, parce que le pulsionnel est tenu à l’écart. À la fonction de sentiment se substitue alors la fascination.


Mots-clés