L’inceste à travers les « Métamorphoses de l’âme et ses Symboles »

par Geneviève Guy-Gillet  Du même auteur

À travers cet ouvrage, Jung nous introduit dans le monde des mères ­ la terrible (piège de fermeture) et la secourable (source de créativité) ­ l’inceste apparaissant comme modèle organisateur de tout devenir humain. Après avoir évoqué les représentations liées à la sexualité enfantine, l’auteur expose les deux tendances opposées qui scandent le développement de la conscience et la formation du moi. Pour Jung, la régression ne s’arrête pas à la mère qui constitue en réalité une porte vers le monde des possibilités archaïques avec lequel le moi établit un lien sacrifiant sa suprématie au profit de l’inconscient collectif où il laisse la libido chercher ses formes.


Mots-clés