L’idée d’archétype ou « de la scène primitive impensable »

par Martine Drahon-Gallard  Du même auteur

La libido selon Jung prend deux formes différentes : celle de la réalisation des besoins de l’espèce à travers la sexualité, et celle qui prend des détours producteurs de culture. La théorie des archétypes rend compte de cette deuxième forme et ouvre la perspective de la finalité des représentations de l’inconscient. La deuxième énigme du sphinx se réfère à un niveau de symbolisation cosmique : le jour engendre la nuit et vice versa. Ce niveau collectif de l’inconscient est antérieur au fantasme de scène primitive ; il est spécialement animé quand le niveau de l’histoire personnelle a été défaillant. C’est cet aspect que Jung développe particulièrement.


Mots-clés