L’expérience onirique

par Elie G. Humbert  Du même auteur

Élie Humbert insiste sur l’aspect de vécu du rêve, à la fois champ de perception, d’initiative et d’activité volontaire, et donc manifestation de l’existence d’un conscient nocturne. Le rêveur y agit telle ou telle facette de sa personne, pas seulement composante refoulée, mais aussi dominante du conscient ou encore virtualité insoupçonnée. Ainsi se jouent des réalités différentes : celles du complexe-moi, de la personnalité consciente dominée par l’une ou l’autre composante ou de l’individualité globale. Le rêve nous fait mener une double vie que le conscient diurne est ensuite chargé d’intégrer.


Mots-clés