L’exil de l’analyste

par Lidia Tarantini  Du même auteur

L’image de l’exil appartient aussi bien à la figure de l’analyste qu’à celle de l’analyse. L’analyste ne se trouve jamais là où le patient cherche à le placer, de la même manière que le cadre analytique, lieu a-topos, est un lieu de transit et d’intersection entre deux étrangers. La recherche d’une patrie comme lieu du sens ultime ou encore comme lieu de la parole définitive est, pour cette raison, toujours frustrée et toujours renvoyée ailleurs. L’auteur considère que c’est seulement en se maintenant dans le milieu exilé du comme si métaphorique qu’on peut trouver le sens profond de cet opus contra naturam qu’est l’exploration de l’inconscient.


Mots-clés