L’enfance de Jung. Son influence sur le développement de la psychologie analytique

par B. Feldman  Du même auteur

L’auteur s’appuie sur l’analyse des aspects de sensorialité et de sensation contenus dans les premiers chapitres de Ma vie pour réfuter l’hypothèse émise par Winnicott et par Satinover selon laquelle Jung aurait été atteint d’une psychose dans l’enfance. L’auteur développe son argument en montrant que le retrait dans son monde intérieur était pour Jung l’occasion de rentrer en contact avec les forces d’évolution et d’organisation du soi, compte tenu d’un contexte familial dans lequel les parents et en particulier la mère n’étaient pas en mesure d’apporter à l’enfant la sécurité et la confiance nécessaires à son développement.


Mots-clés