Le serpent alchimique

par M. Boujard  Du même auteur

Le langage alchimique est analogique et expressionniste. Le serpent est une métaphore. C’est le Mercure serpentant, par équivalence entre substance et qualité. Il exprime la qualité serpentine du Mercure. Le serpent est aussi mortifère : il réduit en matière première, il décompose par dissolution. À la suite de Jung, nous pouvons comparer ce Serpent au discours analytique, puisque la règle est de le laisser couler sans barrage. Suit l’étude d’un rêve dans lequel des bougies sont liquéfiées.


Mots-clés