Le sentiment

par Simone Clausse  Du même auteur

      Collectif  Du même auteur

« Fonction affective », en 1920, puis « fonction de valeur », en 1950, le sentiment est aussi, pour Jung, le processus du moi qui, percevant des valeurs, refuse, ou accepte et intègre des contenus psychiques. L’intellect s’oppose au sentiment, mais lui permet aussi d’être conscient, de se différencier. Le symbole n’est tel qu’en fonction de sa tonalité de sentiment ; ce dernier permet au sujet d’exister en se dégageant des valeurs collectives reliées à la charge des archétypes. Dans un développement de l’énergétique vers le psychique, les affects sont repris par le sujet sous forme de sentiments, lesquels alimentent le sentiment, fonction du moi sur laquelle reposent la recherche du sens et la conjonction des opposés.



Mots-clés