Le roi Lear. La femme avortée ou l’impossible sacrifice

par Denyse Lyard  Du même auteur

Lear mélange le royaume et l’amour, entraînant les protagonistes dans l’indifférenciation et la mort. Ses filles aînées en sont victimes, leur féminin en meurt. Cordélia semble porter en elle le facteur organisateur de son individuation, sans doute issu de l’« ouroboros patriarcal » (cf. Erich Neumann). Pourtant, elle ne parvient jamais à exprimer son sentiment et ne « rencontre » pas véritablement son mari ; elle finit aussi par mélanger le royaume, la guerre et l’amour. En elle, Éros a perdu son support masculin et la fille va tuer la femme. La culpabilité provoquée par son essai d’autonomie est trop forte pour qu’elle puisse supporter et intégrer la castration du père qui donnerait à Lear une chance de sortir de son inconscience : ni la femme, ni le féminin du père ne peuvent advenir.


Mots-clés