Le retour des anges. « Les ailes du désir » et « Si loin, si proche » de Wim Wenders

par Claude Winkler-Besone  Du même auteur

Le cinéaste allemand Wim Wenders déclare avoir inventé les anges « pour mettre la caméra à la place de l’innocence ». Cette métaphore cinématographique peut être interprétée d’après Jung comme une spiritualisation de l’archétype maternel, présent dans tous les symboles fusionnels, qui illustre une situation d’hégémonie de l’inconscient. L’incarnation de l’ange dans Les ailes du désir (1987) figure l’amorce d’un processus d’individuation, qui met un terme à la régression. La rencontre de la femme signifie alors un changement de projection de l’anima, peu à peu intégrée à la conscience. Mais la tendance progressive est remise en question dans Si loin, si proche (1993) avec le sacrifice final de l’ange, qui marque un retrait dans l’inconscient, ainsi que l’échec du retour dans le monde et dans l’histoire.


Mots-clés