Le père et ses femmes

par Hélène Teboul-Wiart  Du même auteur

Le génotype humain est invariant, mais le vécu des six premiers mois de l’enfant mature l’outil de l’appareil psychique, le cerveau. L’absence et la présence de la mère provoquent l’introjection des paramètres d’espace et de temps. Ce, d’autant que la présence du père réel permet que son imago effectue son rôle séparateur entre les fantasmes de la mère et ceux de l’enfant. Les rôles traditionnels du père et de la mère se sont modifiés ; mais si le fils est légitimé par l’ordre symbolique, la fille est tenue de séduire son père pour accéder à l’ordre coutumier ; pour elle, l’angoisse de l’amour pour son père est d’autant plus grande que le père réel est socialement éradiqué. Et la fille se défend contre les renfermements dans le monde maternel par les symptômes hystériques, substituts du pénis du père.


Mots-clés