Le mystère de la chair. Interrogations autour de notre « intime intimité »

par Alain Amselek  Du même auteur

Si Freud et Jung ont pu spatialiser (métaphoriquement) le corps psychique, n’est-il pas nécessaire d’y juxtaposer le « territoire » psychoïde des processus originaires, c’est-à-dire du corps-silence ? Les enjeux psychothérapeutiques sont là considérables car ils concernent la place même de la « chose corporelle » dans le concret de la pratique, le pouvoir de la « vacance », de l’affectivité et du mouvement face au pouvoir du langage et l’image, l’efficience du passage par l’acte et le sentir face à l’efficience de la représentation et de la parole. Toute une clinique, celle de l’intime intimité, de l’éprouver-soi, c’est-à-dire la clinique des fondements de l’être, la clinique du soi est là directement en question.


Mots-clés