Le jeu du Soi

par Geneviève Guy-Gillet  Du même auteur

Pour Jung, comme pour Winnicott qui fait l’hypothèse d’une « pulsion créative », le jeu est à considérer comme une véritable expérience d’être au monde, l’occasion de s’éprouver comme une personne entière. De son côté Tustin fait des travaux de Jung sur l’alchimie une lecture originale dans laquelle le corps prend la place de la Pierre philosophale. Une confrontation entre les points clefs de l’élaboration de Tustin sur l’autisme et nos propres théorisations met en lumière qu’en reconnaissant au soi une fonction structurante essentielle on lui attribue un rôle central dans la constitution de la personne. L’espace intérieur est le terrain de jeu où il s’exerce à créer sans cesse de nouveaux objets.


Mots-clés