Le jaunissement de l’œuvre

par James Hillman  Du même auteur

Dans cet article, l’auteur, s’appuyant sur des références alchimistes, montre comment les couleurs sont « inhérentes aux choses » et non des « qualités secondaires appartenant à notre vision subjective ». Il étudie, principalement, les caractères bénéfiques et maléfiques de la couleur jaune, le soufre des alchimistes, « principe actif de l’Œuvre et donc de la vie humaine », réflexions qu’il illustre avec un cas clinique.


Mots-clés