Le chemin de l’écrevisse ou la régression en questions

par Geneviève Guy-Gillet  Du même auteur

À partir du « Rêve de l’écrevisse » rapporté par Jung, l’auteur montre que la régression est désormais considérée comme l’épreuve incontournable de toute analyse. Les Métamorphoses et symboles de la libido la présente comme une énergétique de l’introversion qui comporte une double possibilité de mouvement : vers l’inconscience ou vers l’individuation. Le processus de la régression, qui peut se présenter sous diverses formes, met en jeu le sens et le non-sens, la valeur et la non-valeur, et il s’agit pour l’analyste, sollicité au plus profond de lui-même, de choisir le mode d’accompagnement le plus adéquat.


Mots-clés