Le centre vide du mandala

par Aimé Agnel  Du même auteur

Jung, lecteur attentif de Nietzsche, reprend à son compte, mais en psychologue, la formule célèbre : « Dieu est mort. » Selon lui, ce qui est mort, c’est une certaine représentation anthropomorphique et mythologique de Dieu, entretenue par les projections inconscientes d’images archétypiques. Avec le retrait de ces projections, l’image divine fait retour dans l’homme. C’est cette métamorphose, et ses conséquences cliniques, que Jung s’efforce de décrire scientifiquement, à partir des années trente, à travers le concept limite du soi et la dynamique des opposés.


Mots-clés