L’androgyne romantique ou l’odyssée de la conscience

par Roberto Cacciola  Du même auteur

Tenant pour acquis l’ascendant romantique de Jung, cet article cherche à reconstituer la nature et le sens du mythe fondateur du savoir romantique : le mythe de l’androgyne. Les concepts romantiques de totalité et d’unité originaire des opposés sont analysés à travers l’œuvre de Schelling en distinguant dans son discours les notions d’« hermaphrodite » et d’« androgyne ». L’analyse de l’œuvre du dernier Schelling permet d’esquisser l’Odyssée de la conscience, de la perte de son unité androgyne originelle à la recherche infinie de son appartenance.


Mots-clés