La synchronicité comme émergence de l’archétype du nombre

par M. Heymes  Du même auteur

Psyché et matière sont les deux pôles d’un continuum unitaire archétypique, fondement de l’être, que seul l’enregistrement conscient différencie, nous empêchant d’accéder à l’unité primordiale. En liaison étroite avec le soi, le nombre, archétype de l’ordre devenu conscient, lié au sentiment, se situe à la frontière entre ces deux domaines. Les phénomènes synchronistiques actualisent sporadiquement cette réalité unitaire potentielle, l’unus mundus. Quant à la mort, elle peut être considérée à la fois comme ouverture sur elle, et comme issue du processus d’individuation aboutissant à la transposition du moi dans le soi.


Mots-clés