La « participation mystique », de l’inacceptable à l’inaccessible

par Marie-Laure Grivet-Schillito  Du même auteur

Avec la notion de « participation mystique », l’auteur s’attache à démontrer l’importance de la terminologie dans le contexte théorico-clinique de la psychanalyse. De source anthropologique, ce terme, créé par Lévy-Bruhl, définit le principe sous-jacent à la pensée productrice des mythes. Il ne doit donc pas être confondu avec l’identité mystique entre la divinité et sa créature telle que la décrivent les religions occidentales. De ce fait, et transplanté dans le contexte jungien, il ne peut logiquement que sous-tendre la pensée archétypique et non pas simplement un fonctionnement fusionnel. Conviendrait pour ce dernier la notion « d’identité archaïque » plus spécifiquement jungienne. La participation mystique, quant à elle, est hautement créatrice et contribue à alimenter les rêves, les fantasmes et les représentations archétypiques.


Mots-clés