La femme, le sentiment de créativité et le fantasme d’enfant

par Martine Drahon-Gallard  Du même auteur

Une femme peut réussir sa vie sans avoir le sentiment d’accéder à sa féminité profonde. Le sentiment subjectif de créativité oblige la femme à se différencier de la forme naturelle de créativité qu’est la maternité. Des exemples cliniques montrent que l’avortement ou le fantasme d’avortement est parfois nécessaire à la femme pour sortir de la place de fille qu’elle a du mal à quitter. À travers la question de l’enfant la femme peut en effet remanier ses positions infantiles et accéder à une créativité personnelle.


Mots-clés