La femme et le féminin chez les hébreux et les grecs archaïques

par Pierre Solié  Du même auteur

Le mythe hébreu (Jahwé, le Serpent, Adam, Ève) et le mythe grec (Zeus, Prométhé, Pandora) nous content la naissance à la conscience du masculin et du féminin, du bien et du mal, l’entrée dans la culture, par l’inversion de la réalité naturelle (la femme naît de l’homme). L’auteur repère dans le fait que les mythes ne montrent que la forme infernale du féminin, la naissance du clivage du Féminin en bon et mauvais objet (les complémentaires céleste et infernal de l’homme), corrélative à la naissance du Masculin en bon et mauvais objet (les doubles célestes et infernal de l’homme). Ainsi il n’est ­ naît de femme que de l’homme et réciproquement.


Mots-clés