La correspondance Freud-Jung

par E. Roge  Du même auteur

L’auteur analyse la Correspondance (1906-1909) entre Jung, le psychopathologue et Freud, le névropathologue. Il souligne l’ambivalence qui se développe autour des termes « autoérotisme » et « libido », puis montre qu’avec un égal respect de la clinique, l’un et l’autre fournissent, par le développement de la théorie analytique, la phénoménologie, voire l’épistémologie du fait psychiatrique. À travers leurs personnalités différentes, leurs points de vue s’opposent, mais aussi se complètent (psychologie de l’objet ou du sujet) et leur rupture s’amorce.


Mots-clés