La Cordelia de Shakespeare

par Christian Gaillard  Du même auteur

Cet article se présente comme une analyse, ou plutôt un débat de l’auteur avec ce personnage de Shakespeare qu’il voit comme une licorne : si blanche et sans ombre, si unisexe, qu’elle refuse tout partage et se trouve vouée à la mort. Puis en prenant appui sur la critique de l’interprétation qu’en donne Freud, cet essai débouche sur une discussion du personnage de Salomé tel qu’il apparaît chez Jung qui lui-même tendit à en faire une Sophie idéale plutôt qu’à y reconnaître une Hélène enfin plus sensiblement incarnée. L’article se termine par une réflexion sur la perte, le sacrifice et l’héritage.


Mots-clés