La césure et la grâce. Réponse à la communication d’Aimé Agnel

par John Beebe  Du même auteur

Jung a commencé par insister sur la complexité de l’esprit sans réellement mettre en doute la continuité de sa présence au conscient. Cette complexité ne passa à un niveau supérieur qu’après la rupture de Jung avec Freud, qui l’amena à explorer les ressources thérapeutiques de la fonction transcendante. Jung renonça alors au désir « scientifique » de connaître et de contrôler l’inconscient pour établir au contraire avec lui une relation personnelle. Une telle conversion à l’attitude psychologique n’est possible qu’à une personne qui, ayant perdu la bataille avec l’ombre, accepte, dans un état de doute de soi très profond, la grâce de l’anima.


Mots-clés