Jung-Freud : en deçà du grand schisme, un déni de filiation

par Suzanne Kacirek  Du même auteur

Resume : Partant d’un article de Thierry Bokanovski sur «le grand schisme » qui met en relief le transfert paradoxal entre Jung et Freud qui les y conduit, il est montré comment se joue dans l’œuvre jungienne le meurtre du père, doublé d’un déni de la transmission paternelle. Cependant, l’effacement même qu’opère Jung, au nom de la théorie de la connaissance de Wilhelm Wundt, de la pièce maîtresse de l’œuvre de Freud que sont les Trois essais sur la théorie de la sexualité intègre dans un éclatant paradoxe le pervers-polymorphe dans la genèse du concept majeur jungien qu’est le soi.


Mots-clés