Jung et les Métamorphoses

par Marie-Claire Dolghin  Du même auteur

Jung élabore les Métamorphoses et symboles de la libido de 1909 à 1912, années cruciales qui aboutiront à sa séparation d’avec Freud. Son travail le conduit à préciser sa pensée et ses oppositions à ce dernier, notamment en ce qui concerne l’interprétation du tabou de l’inceste et la définition de la libido. La part de l’attachement archaïque à la mère précède, selon lui, l’érotisation œdipienne. La libido est considérée comme une énergie vitale, originelle, capable de revêtir de multiples aspects, dont la sexualité, et de subir de multiples métamorphoses, transformations culturelles ou religieuses qui ne relèvent pas seulement de la pathologie mais des exigences civilisatrices, conceptions que refusera Freud.


Mots-clés