Henri et le moi en détresse

par Geneviève Guy-Gillet  Du même auteur

L’exposé de ce cas met en lumière le cheminement d’un enfant redoutant la « mère de mort », mais finissant par trouver la « mère de vie ». La thérapeute avait intuitivement saisi qu’à certains niveaux de détresse, seule la certitude de porter une image du soi de l’autre, pouvait accompagner l’obscurité dans laquelle se vivent ces relations.


Mots-clés