Genèse de l’oeuvre

par Geneviève Guy-Gillet  Du même auteur

Les deux temps forts que l’on peut saisir dans le processus énergétique où l’œuvre de Jung a pris naissance, et tel qu’il apparaît dans Ma vie, sont marqués par deux rêves qui encadrent la vie de Jung : le « rêve du Phallus » et le « rêve d’Urie ». De l’analyse du premier, l’auteur dégage les inconscientes présences qui président à la destinée de l’œuvre et par lesquelles Jung vas à la rencontre des origines, non de l’homme, mais de ce qui le fait homme. Le second rêve, soixante ans plus tard, met en scène une figure du père, « guérie » par le parcours du fils, et émergeant dans la plus haute affirmation de sa fonction paternelle, permettant au fils d’y mesurer son ombre et parachevant le parcours temporel des figures de la scène primitive.


Mots-clés