Esquive

par Jean-Pierre Falaise  Du même auteur

L’auteur analyse ici en détail le dessin numéro vingt-et-un de la série présentée sous le titre Il n’y a pas de feu sans fumée ; ce dessin figurant parmi les derniers matériaux de cette thérapie d’un préadolescent. Le titre « esquive » veut résumer en un mot l’attitude de base qui oriente les modalités adaptatives de Francis, et qui manifeste son conflit névrotique. La mise en scène de deux footballeurs frères ennemis illustre et dramatise, dans sa concision même, la division intérieure du moi.


Mots-clés