Deuil de l’analyse, deuil de l’analyste

par Viviane Thibaudier  Du même auteur

Resume : La fin de l’analyse est un moment capital de la structuration psychique auquel on cherche souvent à échapper par différentes attitudes compensatoires qui évitent une véritable confrontation à la perte et au deuil. Dans le transfert tel que le con­oit Jung, où l’inconscient de l’analyste est impliqué au même titre que celui de l’analysant, la fin de l’analyse concernera donc autant l’un que l’autre. Ainsi, devront-ils chacun faire le travail d’élaboration de la séparation afin que l’analyste, de son côté aussi, parvienne à faire le deuil de son patient, sans chercher à le retenir par des liens inconscients qui risqueraient d’hypothéquer une grande part de sa vie longtemps après la fin de l’analyse.

Abstract : The end of an analysis is a crucial moment in psychic realization which is often evaded. Various compensatory attitudes may be adopted to ward off a real confrontation with loss and mourning. In transference as Jung conceived of it, where the analyst’s unconscious is implicated as deeply as that of the analysand, the end of analysis is equally meaningful for both parties. Each must thus do the work of elaboration of the separation, and the analyst must recover from mourning the loss of his or her patient. Otherwise, he or she may try to cling to the patient by unconscious bonds which are liable to hinder their freedom long after the end of the analysis.



Mots-clés