Désir et politique

par Y. Toudic  Du même auteur

En des termes résolument freudiens, l’auteur présente le développement de la libido, puis évoque la question du territoire, lieu où le sujet investit et sublime ses pulsions homosexuelles ; pour l’homme, son lieu de travail. Le désir y est totalement tabou pour lui et le plaisir ne réapparaît que dans le jeu acheteur/vendeur de l’objet, fortement érotisé. Par contre, dans un modèle d’organisation sociale et collective, c’est la production qui est mise en valeur mais le tabou est maintenu par la sacralisation du travail dépersonnalisé, désexualisé. La création des « intellectuels », autoérotisme dangereux, est donc réprimée. Ainsi, les choix de société sont le reflet d’orientations archaïques et les luttes sociales l’effet de pulsions ressenties comme mortifères.


Mots-clés