Désir et archétype

par Lucile Heraud  Du même auteur

La notion de désir, dont le statut et l’utilisation dans les cures freudienne et lacanienne sont bien définis, est moins explicite dans l’œuvre de Jung dont pourtant elle sous-tend parfois la pratique. Le passage de l’état de « pathologique » à l’état de « guérison » ne peut se définir sans l’arrière-plan d’un projet pour l’homme. Pour Freud et Lacan, il correspond à l’avènement du désir, tandis que pour Jung il s’agit de l’avènement du soi. Pour les premiers, il se dit en terme « d’avoir » (combler le manque), pour le second il s’agit du désir « d’être ». Dans ce cas aussi, mais d’une autre façon, la visée thérapeutique est de réapprendre à désirer. Des exemples cliniques illustrent le propos.


Mots-clés