De l’ambiguité au paradoxe, ou l’inceste dans la « Psychologie du Transfert »

par Christian Gaillard  Du même auteur

À travers la lecture de La Psychologie du transfert, l’auteur dégage l’intelligence jungienne de la question de l’inceste qui, en tant que contenu spécifique du transfert, apparaît entre assimilation et projection, comme solution critique de la tension des contraires. Dans une première partie, il montre que l’ambiguïté est le versant phénoménologique de la tension des contraires, que le trouble en est l’effet, ainsi que le paradoxe. La seconde partie reprend les images du Rosarium, et met en évidence que si l’inceste apparaît bien comme un essai de réunion des contraires, c’est dans le sens de l’ombre, et du côté du corps ; dans un mouvement de régression, et par l’inscription dans le réel des choses. En troisième partie, l’auteur reprend les points précédents, en dégageant cette fois le nécessaire sacrifice par lequel le moi se décentre pour prendre position dans le devenir.


Mots-clés