De la Nature à l’inconscient : Jung et le paracelsisme

par Christine Maillard  Du même auteur

Se fondant notamment sur les Paracelsica de Jung, la présente étude examine les enjeux de l’intérêt constant voué par C. G. Jung à son compatriote, le médecin, philosophe et alchimiste Théophraste Paracelse (1493-1541), qui avait renouvelé de fond en comble l’alchimie occidentale. On cherche à mettre en évidence le fil conducteur qui mène de la notion paracelsienne de la nature à la théorie jungienne de l’inconscient. Les thèmes paracelsiens de la phénoménalité magique (théories des signatures, correspondances), des deux « lumières » comme sources de révélation (lumière de la nature et lumière de l’Esprit-Saint), de la fonction de l’homme comme chargé de parachever la création (en une Alchimia macrocosmi) sont mis en relation avec les concepts majeurs de l’œuvre de Jung, dont elles constituent des préfigurations historiques.


Mots-clés