Créativité et destruction

par Geneviève Guy-Gillet  Du même auteur

Resume : Au terme de ses activités de psychanalyste, l’auteur s’interroge ici sur son appartenance au mouvement jungien et sur la spécificité de ses concepts quant à leur application en psychanalyse. Elle estime, pour sa part, que les hypothèses théoriques de Jung, issues de sa pratique, ses réflexions sur l’engagement dans l’épreuve du transfert, l’importance donnée à l’expérience vécue ainsi qu’à la façon d’en rendre conscient les effets, l’accent mis sur le jeu des opposés, tour à tour créatifs et destructifs, dans tout acte de conscience, le concept d’individuation, ont constitué la base de son engagement et fourni les bases d’un dialogue fécond avec les autres sources de la psychanalyse.


Mots-clés