Castration, sacrifice et biologie (ou de la cellule à l’esprit)

par Jacques Rougeulle  Du même auteur

L’auteur brosse un parallèle entre d’un côté, les notions analytiques de castration et de sacrifice, et, de l’autre, des phénomènes biologiques contemporains des premières semaines de la vie intra-utérine. Ce parallèle peut faire évoquer une certaine unité des processus vitaux dont le développement harmonieux dépend de cette atrophie, aussi bien que d’un engramme symbolique du sacrifice. Des exemples pathologiques découlant de perturbations de ces mécanismes précoces sont brièvement cités.


Mots-clés