Archétype et transfert; réponse à Marion Milner

par Olivier Marc  Du même auteur

Conceptualisation de la sensation d’une préexistence en l’individu de ses développements ultérieurs, autant que d’une préexistence du monde qui l’entoure, l’archétype donne à l’homme sa dimension créative. Potentialité sans forme, il permet la relation symbolique et la reconnaissance du monde. Il permet aussi de former couple avec le monde, le besoin étant une conséquence de l’archétype, lui-même ancré aux confins du psychisme et du corporel. Un exemple clinique illustre la difficulté d’abandonner le faux self, de se relier à l’autre (analyste) pour pouvoir intégrer une imago maternelle satisfaisante si toutefois l’analyste est lui-même assez « réellement » présent.


Mots-clés