L’intimité et les cambrioleurs

par Maria de Oliveira  Du même auteur

Résumé

De l’antiquité à nos jours, la notion d’intimité n’a cessé d’évoluer vers plus d’intériorité. La question de savoir ce qui fonde l’espace intime, tant au niveau de ses différents concepts que de ses inscriptions multiples dans nos « maisons » à la fois extérieures et intérieures, s’inscrit dans un questionnement plus général du rapport entre soi et les autres et entre soi et soi. Que se passe-t-il si l’espace intime de l’individu est inexistant ou dévasté, voire cambriolé ’ Quelles sont les voies particulières d’explorations possibles pour créer du lien ’ Ces questions résonnent d’autant plus fortement dans une société devenue numérique, de plus en plus distanciée, où les corps s’absentent derrière des écrans. La notion d’intimité et de partage entre le dedans et le dehors devient de plus en plus floue. La fonction et la pratique clinique du thérapeute se trouvent ainsi interrogées et à réaffirmer.

Plan de l’article