Phèdre, cothérapeute à longues oreilles

par Delphine Renard  Du même auteur

Résumé

L’auteur questionne, au regard de la pensée de Jung, son expérience de psychanalyste ayant exercé en présence de sa chienne-guide, Phèdre. Celle-ci a joué son rôle de cothérapeute de manière variée, selon la problématique de chacun. Certains se sont identifiés à elle, mais parfois elle intervenait de manière très active. Grâce à sa douceur et sa constance, elle a procuré à Tatiana une réassurance maternelle primaire, et aidé Patrick et Maxime à renouer avec leur pulsionnalité jusque-là réprimée. Elle a mis en acte la voracité de Clara, et permis de mettre en évidence des comportements pervers chez Anne. Le cadre et le transfert ont subi, du fait de ce triangle, des modifications révélatrices rendues possibles grâce au fonds commun de nos psychés.

Plan de l’article