Le rapport à la nature, une question de religion

par Flore Delapalme  Du même auteur

Résumé

Dans la Grèce antique, le culte que l’homme « bien » voue à sa terre a quelque chose de religieux. Faisant partie des biens dont les dieux l’ont pourvu, il doit la faire fructifier sans la dénaturer pour accomplir sa destinée. La terre dicte ses conditions à l’homme qui la sert. À force de soin et d’attention renouvelés, il s’imprègne si bien des besoins de sa terre qu’à la fin ils ne font plus qu’un. À voir sa terre prospère, la joie ressentie par son propriétaire est entière. Ayant répondu à l’espérance mise en eux, lui et sa terre ne vivent plus simplement sous le regard des dieux mais en harmonie avec eux.

Plan de l’article