Les Centaures, un mythe du masculin violent

par Luigi Zoja  Du même auteur

      Karen Hainsworth  Du même auteur

Résumé

Les Centaures sont des êtres doubles. Ils ne sont pas seulement assemblés comme homme et cheval, mais ont aussi une nature duelle. Ils peuvent être des figures de sagesse et des guérisseurs, mais sont aussi des hommes violents et des violeurs. Bien plus que l’identité féminine, l’identité masculine est clivée, entre l’animalité de l’étalon et la paternité civique. Loin d’être le fruit d’une longue évolution, cette polarité sociale est l’œuvre de la culture et du développement récent. Elle est donc relativement précaire. Avec l’effondrement du patriarcat dans le monde post moderne, le pôle refoulé de cette configuration émerge à nouveau, par le biais d’une nature animale symbolisée par le cheval. La pathologie décompense brutalement comme dans le mythe par le viol collectif, inconnu du reste du monde animal, tel un témoignage d’une impuissance à être en relation sans avoir recours à la violence.

Plan de l’article