La voix de la femme. À la recherche d’une voix perdue

par Maria Aydemir  Du même auteur

      Maria Łokaj  Du même auteur

      Anna Kazakova  Du même auteur

Résumé

Cet article a pour but de poursuivre et de développer la discussion entamée l’été dernier en Avignon, lors du 4ème Congrès européen de psychologie analytique. La conférence plénière intitulée « Si le maître était une femme », préparée par un groupe de huit analystes de quatre pays, membres de Communauté des Analystes Jungiens d’Europe Centrale et Orientale (ECECJA), posait la question de savoir comment les femmes peuvent jouer un rôle d’autorité publique. Dans cet article, les auteures soulèvent la question de la considération sociale des femmes dans leurs sociétés contemporaines, compte tenu du leadership professionnel, artistique et politique qu’elles exercent, de fait, dans leurs communautés respectives. Les auteures mettent en lumière les « plafonds de verre » et les « territoires interdits » qui existent encore. Elles se réfèrent à la fois à leurs expériences cliniques et aux situations extérieures au cabinet de consultation. Explorant l’approche jungienne, les théories psychanalytiques modernes et les racines culturelles, les auteures se sont tournées vers l’avenir à la recherche d’une voix féminine authentique qui puisse résonner à sa juste puissance dans l’espace public.

Plan de l’article