Lorsque le corps de l’enfant s’en mêle

par Olivier Cametz  Du même auteur

Résumé

La relation transférentielle avec l’enfant vient souvent se situer aux confins de l’articulation entre corps et psyché. La proximité temporelle des éprouvés initiaux de l’enfant au sein de la relation primaire et la prépondérance de la place du corps dans la structuration psychique en cours, augmentent la probabilité de leur survenue dans le travail thérapeutique avec l’enfant via ses manifestations corporelles. L’auteur revient sur l’évolution d’une analyse d’enfant au cours de laquelle le transfert installé a occasionné une régression jusqu’à la dimension des carences somato-psychiques, bousculant le cadre thérapeutique tel qu’il est envisagé habituellement.

Plan de l’article