Le Livre Rouge (1914-1930) de Carl Gustav Jung : individuation et discours sur l’éthique

par Christine Maillard  Du même auteur

Résumé

Cette contribution propose une lecture du discours sur l’éthique présent dans le Livre Rouge de C.G. Jung, en relation avec la notion d’individuation, fondamentale dans l’œuvre du psychologue, dont les premiers développements s’esquissent dans les textes composant cette œuvre très particulière.
L’être « individué » est celui qui se détermine en fonction d’une « nouvelle éthique » (qu’analysera également le jungien Erich Neumann), en rupture avec les prescriptions collectives. Pour exposer cette nouvelle éthique située « par-delà le bien et le mal » (selon la célèbre formule de Nietzsche), Jung a recours à la figure du Christ, présente dans de nombreux chapitres comme élément du discours. Le Christ est présenté comme ayant rompu avec les valeurs de sa communauté d’origine, pour fonder de nouvelles valeurs, devenant ainsi le prototype de l’être individué. L’individuation a ainsi, pour Jung, à voir avec une « christification » de chacun, qui pour autant ne saurait être une simple « imitation » du Christ. S’y ajoute la dimension d’un affrontement avec le mal, en relation avec la notion de « conflit des devoirs » (Pflichtenkollision), développée par Jung dans un texte de 1918 consacré au thème de l’adaptation versus individuation.

Plan de l’article