Entrer en résistance comme en convalescence pour gagner sa part d’éternité

par Flore Delapalme  Du même auteur

Résumé

La tentation fut grande pour Jung sa vie durant de passer de l’autre côté des choses, fasciné qu’il était par leur dimension d’éternité, et d’y rester. La résistance acharnée pour s’engager dans la vie sur terre a débuté quand, à dix ans, « une initiative incompréhensible » lui fait sculpter un petit bonhomme en bois. Ce minuscule objet d’art, image et produit de son génie personnel, opposé à la tentation de rejoindre l’Éternité avant l’heure, contenait le secret d’une destinée à accomplir, sa part d’éternité à révéler et réaliser dans la vie de tous les jours. Chacun a en soi un génie particulier, attenant à sa part d’éternité, attendant d’être mis à jour et de révéler le secret de sa composition et notre destinée. Une façon de mettre la main sur cet ensemble est d’entrer régulièrement en convalescence pour piocher dans ce qui appartient en propre, jusqu’à en exprimer l’âme.

Plan de l’article